j

Lorem ipsum dolor amet, consect adipiscing elit, diam nonummy.

Follow Us

Recherchez

Lueur d’espoir

– Moi, dit le viel homme au visage ridé et buriné par le temps, j’y vois une pieuvre. Alors, lueur d’espoir, ce serait la vie des bêtes ?

– Ce n’est pas la mer, le fond est vert. Ce sont des branches, ces racines et cela évoque la vie qui reprend, répondit la bavarde corneille. Je vole, parfois très haut. Les hommes détruisent les forêts, certains les brûlent. Je pensais que je n’aurais bientôt plus une branche où me poser. Puis, tournoyant dans les airs, taquinant la crécerelle par des piqués, piquant du bec, torturant sa patience, j’eue la révélation ! Elle apparut sous la forme de cette toile. La vie qui se multiplie, qui sort ses tentacules d’espoir. La vie. Renaissance depuis la branche, Image de fertilité,La vie n’a plus de fin. Si l’homme détruit, l’esprit, l’art, peut reconstruire encore plus vite.

– Tu es bien locace et bien intelligent pour un simple volatile. Un corbac me fait la leçon.

– Je ne suis pas un corbeau. Je suis un sage et je parle de la vie.

– C’est ça, et moi je suis un bip bip du désert.

– Non, mais sérieux. Je suis l’esprit du peintre. Mais pour dire la vérité. Je peux raconter mille histoires à partir d’un simple tableau. Ce qui compte, c’est ce que l’oeil de chacun y voit. Alors, va pour le poulpe si vous voulez.

– Ah ! Qu’est-ce que je disais. Tout ce bla bla pour rien.